Charlene Kobel

Jeune auteur suisse pleine de promesses, Charlene Kobel est passionnée par la vie et ses multiples apprentissages. Elle s'épanouit dans l'équitation et l'écriture. Cette deuxième passion prend une place prépondérante dans son cœur. C'est à l'âge de quinze ans que Charlene découvre l'écriture à travers la poésie et les billets d'humeur. Mais, peu à peu, l'idée, puis le besoin d'écrire un livre germe au fond d'elle. C'est ainsi qu'est né Madon, son premier roman, publié dans le Magazine Girls et vendu à ce jour à plus de trois cent cinquante exemplaires. 2015 s'annonce d'ores et déjà comme une année charnière avec la sortie début juillet de son second roman, Douce Utopie, sa place de finaliste au premier concours organisé par la plateforme d'écriture Fyctia et la publication numérique d'une nouvelle destinée aux young adults, Loin des yeux, loin du coeur. D'autres projets sont en chantier pour 2016 qui s'ouvrira en janvier sur la sortie de Fuis-moi je te suis, 4e lauréat Fyctia.

11000361 425965317580485 6805859006254980 o

Charlene Kobel

Commentaires (6)

Charlene
  • 1. Charlene | 14/06/2016
@Stéphanie : Il faut en parler à un adulte, à tout prix !
Stéphanie Sommer
  • 2. Stéphanie Sommer | 12/05/2016
Je m'appelle Stéphanie
j'ai 13ans
je me suis fait insulté pour la première fois sur internet
Quoi faire ??:-(
Charlene
  • 3. Charlene | 19/04/2016
Je vous remercie pour vos messages qui me touchent. Je suis heureuse de briser le silence pour toutes ces victimes qui n'osent pas.

Vos commentaires me touchent, et vous, chère maman sont la fille a été harcelée, j'ai été très choquée de la réaction des parents de ces élèves... J'aimerais, si vous être d'accord, mettre votre témoignage anonymement sur le site en article ?
Une maman
  • 4. Une maman | 13/04/2016
Bonjour Charlène,
C'est une maman sexagénaire, émue aux larmes par votre témoignage sur Fémina de ce jour qui vous écrit.
Ma fille cadette a vécu un enfer à l'école primaire où elle a été l'objet de cruelles moqueries et la cible sur un blog suivi par beaucoup de jeunes à l'époque. J'ai vu ma fillette se flétrir, se refermer sur elle-même, ne plus sourire, pleurer souvent, souffrir de maux de ventre, vomir, devenir somnambule, ne pas arriver à s'endormir, avoir des cauchemars fréquents. Et surtout, trembler, bégayer et transpirer froid au moment de partir à l'école (primaire!).
Il a fallu un événement de trop pour qu'elle s'effondre un jour en pleurs en me racontant tout: son calvaire de "petite, intello, avec un léger handicap et pas assez jolie pour être digne des garçons". Mais oui, à 11 ans!
J'ai fait des copies d'écran du blog, alerté l'institutrice qui a organisé une rencontre à l'école pour sensibiliser les parents. Les réactions du corps enseignant, comme celui des parents concernés a été affligeant! Non seulement les parents avaient été avertis que j'amènerais l'affaire devant qui de droit, mais ils avaient effacé les pages du blog en pensant pouvoir nier. Ils m'ont accusée de mensonge. Je n'ai pas été soutenue.
L'enseignante était submergée et n'a pas géré la situation. J'ai défendu ma fille jusqu'au tribunal des mineurs où les parents ont été convoqués. Les jeunes ont écrit une "lettre d'excuse" et été avertis que même si le cas ne figurerait pas dans le casier judiciaire, il resterait d'actualité en cas de récidive, ou de représailles, même à l'âge adulte.
J'ai à mon tour été insultée et menacée par les parents. On s'est moquée de moi parce que je "surprotégeait" ma fille. Ils m'ont conseillée de "vivre avec mon temps"... J'ai tenu bon, pour ma fille et sa construction d'adulte.
La situation ne s'est pas améliorée à l'école secondaire. Nous habitons une petite région. Son "histoire" l'avait suivie jusque-là, elle était celle qui avait dénoncé des copains d'école. La libération a commencé quand elle a entamé des études. Aujourd'hui encore, chère Charlène, ma fille reste très réservée, bien après sa majorité. Elle craint les premières rencontres et les déceptions. Elle ose peut "aller vers l'autre". Petit à petit elle se construit, se solidifie en constatant ses capacités à aimer, être aimée et appréciée. Elle commence à avoir une meilleure estime d'elle-même. Le prix à payer dans ces situations est très lourd à payer.
Alors merci du fond du cœur pour votre grand courage, votre profondeur, vos critères et votre rayonnement.
Vous comprendrez que je ne signe pas de mon nom, mais je vous le donnerai volontiers si vous souhaitez me contacter par le biais de mon email.
Je vous souhaite une belle vie dans l'abondance de tout ce qui nourrit l'humain ayant des valeurs telles que les vôtres.
Avec mon très cordial message.
Ramelet Nicole
  • 5. Ramelet Nicole | 11/04/2016
Félicitations pour votre engagement dans cette cause un peu sournoise qu'est le harcèlement scolaire, l'exclusions du groupe, c'est tellement répandu. Les conséquences peuvent être lourdes ou longues...ou non. En tant que parent, on est très souvent tenu soigneusement à l'écart de cette souffrance, car l'enfant veut justement se débrouiller seul, faire ses griffes, passer inaperçu dans la famille,et c'est pareil pour les éducateurs professionnels. On hésite entre insister quand on voit que quelque chose va mal, ou faire confiance à son enfant et attendre que "çà passe".
En tout cas, c'est absolument utile de répandre cette information, et encourager tous les acteurs de ce malaise à se parler, en toute liberté.
Bonne route, bonne chance, et mille vœux pour vos succès, que j'espère contagieux, NRamelet
Ludmilla
  • 6. Ludmilla | 13/01/2016
Bonjour Charlene,
chapeau à toi et à Loane de parler de votre vécu face au harcèlement scolaire. Quand j'ai lu l'article parlant de ce sujet dans le Quotidien Jurassien, j'en ai eu les larmes aux yeux. J'ai aussi été victime de harcèlement scolaire. Bonne continuation et merci pour votre courage à toutes les deux!
J'aimerais commander ta nouvelle "Brisée", s'il te plaît.
Cordialement
Ludmilla

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.